"Haute-Savoie Bleu Marine" – Dominique Martin

Député européen, Conseiller municipal et communautaire

« EYE » (European Youth Event) a réuni 2 000 jeunes venus de toute l’Europe ce week-end des 21 et 22 mai, une opération de propagande européiste contrariée par la présence de 200 FNJ (Front National de la Jeunesse) venus de toute la France.

Dominique Martin, Député européen, a assisté cette jeunesse patriote pendant les 2 journées…

IMG_3551

… et a pris la parole devant les 300 jeunes réunis dimanche au meeting de Marion Maréchal Le Pen.

20160522_113516

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

Une étude du Conseil d’Analyse Économique, publiée cette semaine, souligne l’exode des talents français. Avec 3.5 millions de Français à l’étranger en 2013, le taux d’émigration a doublé de 1980 à 2010.

Ces expatriés sont plus qualifiés que les résidents français et, pour 75% d’entre eux, en âge de travailler[1]. Parmi les diplômés 2013, 15% se sont expatriés. Selon le baromètre Deloitte 2015, 21% des jeunes diplômés placent leur avenir professionnel hors de France et 65% des jeunes expatriés excluent tout retour. L’allongement de la durée de séjour confirme cette tendance: 29% des expatriés le sont depuis plus de dix ans en 2013, contre 15.9% en 2008. Pour compenser cette saignée démographique, l’étude préconise une immigration accrue. Compte tenu du solde migratoire de diplômés du supérieur déficitaire avec les pays développés, celle-ci proviendrait de pays en développement.

Le Front National dénonce ces appels cyniques au remplacement de nos forces vives par l’immigration et exige l’instauration d’une priorité nationale à l’emploi face à l’explosion du chômage des jeunes.

 

[1] Tranche 25-64 ans (population de plus de 15 ans). Année 2010-2011. Différence avec les émigrés allemands/britanniques : proportion de retraités importante.

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

Le Soudanais venant fêter son statut de réfugié politique en agressant, dévastant et incendiant le CCAS d’Annecy ce 18 mai est la conséquence des promesses délirantes de l’Union Européenne, soutenue dans son œuvre funeste par l’UMPS.

En effet, qui porte le plus de responsabilité ? L’immigré abreuvé de promesses qui finit par y croire, ou les irresponsables politiques qui ont répété ces mêmes promesses à l’envi ?

Les « réfugiés », sans distinction aucune, doivent, selon l’UE et l’UMPS, recevoir un logement, un emploi dans les 6 mois, sans cesser d’être choyés et accompagnés aux frais des contribuables.

Le Front National exige des réponses aux questions suivantes :

– ce « réfugié » ayant fait la preuve de ses compétences sera-t-il immédiatement expulsé ?

– ou bien sera-t-il soigné, entouré, choyé, défendu, et finalement prioritaire pour toutes les aides ?

– qui paiera les dégâts provoqués au CCAS ? Les contribuables annéciens et Français, ou l’UE et les hommes politiques à tout niveau qui soutiennent cette politique ?

– les employés traumatisés du CCAS seront-ils pris en charge ? Pourront-ils oublier ?

– les usagers du CCAS seront-ils dédommagés des désagréments de devoir aller dans un autre centre ?

À l’inverse de l’UE et de l’UMPS, qui font à nouveau la preuve de leur volonté de nuisance contre notre Patrie, le Front National soutient une politique de bon sens de défense de la France et des Français d’abord, ce qui n’interdit pas l’accueil raisonné et rationné de populations pouvant apporter une vraie plus-value à notre pays.

Unknown

5bf95b90-340b-4b3b-9507-770a04742f08

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller municipal FN de Cluses

Lors du conseil municipal du 17 mai à Cluses, les élus Front National se sont efforcés d’obtenir les meilleures garanties pour les Clusiens.

En effet, la ville est menacée par 2 emprunts toxiques souscrits en 2007 et 2008, dont l’échéance est programmée pour 2038. Malgré la crise financière provoquée par les emprunts toxiques de 2008 et la dévaluation du Franc suisse en janvier 2015, le Maire ne s’inquiète qu’aujourd’hui des conséquences possibles pour la ville.

À travers des amendements et une discussion animée, les élus FN ont formulé des exigences précises concernant l’information des Clusiens, la participation de tous élus au processus, et sur la liberté de la commune de passer un accord avec ses créanciers ou de dénoncer en justice des prétentions inacceptables.

Songez que, pour un emprunt de 2,5 millions, qui nous a déjà coûté 1,2 million, la banque exige 7,4 millions rien que pour accepter de renégocier le prêt !

N’ayant pu obtenir ces engagements précis du Maire, notre groupe s’est abstenu sur ce dossier. Les conséquences financières de ces emprunts risqués reposeront sur ceux qui nous y engageront. Ceux qui nous ont conseillés des emprunts toxiques, ceux qui les ont signés, et ceux qui paieront une fortune pour en sortir sont de fait complices et responsables des impôts qui pèsent sur les Clusiens.

Le Front National rappelle que chacun a des droits, certes, mais aussi des devoirs et des responsabilités.

Unknown

 

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller municipal FN de Cluses

La crise financière provoquée par les emprunts toxiques date de 2008. La Suisse a dévalué le Franc en janvier 2015. Et le Maire de Cluses, Jean-Louis Mivel, s’aperçoit seulement maintenant du danger des emprunts toxiques de la commune.

En effet, la municipalité précédente, dont M. Mivel était l’un des adjoints, a souscrit des emprunts toxiques en 2007 et 2008, pour un montant total de 5,3 millions d’euro.

À ce jour, ces emprunts nous ont coûté 1,2 million rien qu’en intérêts.

Les négociations pour que la commune puisse sortir de cette ornière pourraient faire que, pour les 5,3 millions empruntés, les remboursements s’élèvent à près de 17 millions !

Si au moins ces emprunts avaient servi à des projets réellement indispensables à notre commune !!!

Les élus du groupe FN se sont toujours fermement opposés à la politique d’emprunts perpétuels menée par les équipes qui se sont succédé. Ils continueront à avoir comme premier objectif l’intérêt de Cluses et des Clusiens d’abord.

f305989e-a4c7-43dd-b5f1-c0df7658cf34

Séance plénière à Strasbourg des 9, 10, 11 et 12 mai 2016

Défense contre les importations qui font l’objet de subventions par des pays non membres de l’Union européenne.

J’ai voté pour cette proposition de règlement.

Ce texte consiste en une codification du règlement CE n°597/2009 du 11 juin 2009 relatif à la défense contre les importations qui font l’objet de subventions publiques. Ce règlement transpose l’accord de l’Organisation Mondiale du Commerce sur les subventions et les mesures compensatoires.

Très détaillé, il définit, notamment : les critères de définition d’une subvention, l’application de mesures compensatoires, etc.

Nous ne pouvons que soutenir ce règlement qui protège relativement les productions européennes des distorsions de marché provoquées par les subventions publiques.

Proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil relatif à la défense des importations qui font l’objet d’un dumping de la part des pays non membres de l’Union européenne.

J’ai voté pour cette proposition de règlement.

Ce règlement codifie le règlement CE n°1225/2009 du 30 novembre 2009 relatif à la défense contre les importations qui font l’objet d’un dumping de la part de pays non membres de l’Union européenne. Il lui apporte, pour l’essentiel, des modifications formelles.

Ce règlement transpose le titre VI de l’accord général sur les tarifs douaniers de l’Organisation Mondiale du Commerce (1994). Il définit, notamment, le mode de calcul de la marge de dumping, les mesures provisoires applicables, les conditions d’imposition et le calcul d’éventuels droits anti-dumping, le déroulement des enquêtes et les conditions de confidentialité qui y sont applicables.

Nous ne pouvons que soutenir ce règlement, qui contribue à la lutte contre la concurrence déloyale. Continuer la lecture

Communiqué du Groupe Front National au Conseil régional Auvergne – Rhône-Alpes

Ce lundi 9 mai 2016, Laurent WAUQUIEZ a été élu président d’un réseau de quatre grandes régions européennes : Auvergne-Rhône-Alpes évidemment, mais aussi Bade-Wurtemberg, Catalogne et Lombardie. On soulignera au passage que c’est une bien lourde responsabilité qui incombe à celui qui peine déjà à assurer la fusion entre l’Auvergne et Rhône-Alpes.

A la tête de cette « bande des Quatre », Laurent WAUQUIEZ entend bien jouer la carte des Régions et de l’Europe contre celle de la Nation. Exit donc l’entité nationale pour faire contrepoids aux instances européennes, et bienvenue dans la collaboration des hyper-régions avec les technostructures européennes. Laurent WAUQUIEZ ambitionne d’ailleurs de conduire une délégation de ces quatre Régions à Bruxelles avant la fin de l’année 2016.

Laurent WAUQUIEZ avait pourtant laissé entendre, avant sa campagne régionale comme pendant celle-ci, à quel point il était sceptique vis-à-vis de l’Europe :

« Europe, il faut tout changer » (Titre du livre de Laurent Wauquiez, paru en avril 2014 aux éditions Odile Jacob).

Le Conseil européen ? « une tribu de lémuriens » (Propos tenus lors de la présentation de son livre à la Closerie des Lilas à Paris le 10/04/2014).

La Commission européenne ? « un tapir qui se regarde le nombril » (ibid.)

Erasmus ? « une arnaque » (ibid.)

L’espace Schengen ? « il faut en sortir » (ibid.)

Et puis pêle-mêle, les déclarations de va-t-en guerre dont Laurent WAUQUIEZ le nouvel émule d’Edgar FAURE en matière de « girouettisme » politique a le secret :

« J’appartiens à cette génération qui ne demande qu’à croire à l’Europe et qui en grandissant découvre un paysage de ruines et ne comprend plus où en sont les rêves avec lesquels on a bercé son enfance. » (Laurent WAUQUIEZ, Europe : il faut tout changer, Paris : éd. Odile Jacob, 2014, page 11).

« Oui, nous avons besoin d’Europe, mais pas de cette Europe-là. (…) Au fond, on a renoncé à toute forme de liberté de pensée. Je réclame ce sursaut de lucidité qui doit permettre à des pro-européens de dire que ce n’est plus possible. Europe, oui, tout doit changer. » (ibid.)

« Il y a un espace pour un protectionnisme moderne, (…) L’Europe aborde aujourd’hui le libre-échange avec naïveté, là ou nos partenaires défendent fortement leurs intérêts. (…) » (Laurent Wauquiez pour un protectionnisme moderne, Le Monde, 17/12/2011).

« On fait un référendum sur le traité constitutionnel européen. Les Français répondent non. La réalité c’est que l’on met quand même en œuvre la quasi-totalité du traité constitutionnel » (Propos tenus sur France 2 le 07/12/2015).