Député européen, Conseiller municipal et communautaire

G-Échos du Parlement européen

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

Le Soudanais venant fêter son statut de réfugié politique en agressant, dévastant et incendiant le CCAS d’Annecy ce 18 mai est la conséquence des promesses délirantes de l’Union Européenne, soutenue dans son œuvre funeste par l’UMPS.

En effet, qui porte le plus de responsabilité ? L’immigré abreuvé de promesses qui finit par y croire, ou les irresponsables politiques qui ont répété ces mêmes promesses à l’envi ?

Les « réfugiés », sans distinction aucune, doivent, selon l’UE et l’UMPS, recevoir un logement, un emploi dans les 6 mois, sans cesser d’être choyés et accompagnés aux frais des contribuables.

Le Front National exige des réponses aux questions suivantes :

– ce « réfugié » ayant fait la preuve de ses compétences sera-t-il immédiatement expulsé ?

– ou bien sera-t-il soigné, entouré, choyé, défendu, et finalement prioritaire pour toutes les aides ?

– qui paiera les dégâts provoqués au CCAS ? Les contribuables annéciens et Français, ou l’UE et les hommes politiques à tout niveau qui soutiennent cette politique ?

– les employés traumatisés du CCAS seront-ils pris en charge ? Pourront-ils oublier ?

– les usagers du CCAS seront-ils dédommagés des désagréments de devoir aller dans un autre centre ?

À l’inverse de l’UE et de l’UMPS, qui font à nouveau la preuve de leur volonté de nuisance contre notre Patrie, le Front National soutient une politique de bon sens de défense de la France et des Français d’abord, ce qui n’interdit pas l’accueil raisonné et rationné de populations pouvant apporter une vraie plus-value à notre pays.

Séance plénière à Strasbourg des 9, 10, 11 et 12 mai 2016

Défense contre les importations qui font l’objet de subventions par des pays non membres de l’Union européenne.

J’ai voté pour cette proposition de règlement.

Ce texte consiste en une codification du règlement CE n°597/2009 du 11 juin 2009 relatif à la défense contre les importations qui font l’objet de subventions publiques. Ce règlement transpose l’accord de l’Organisation Mondiale du Commerce sur les subventions et les mesures compensatoires.

Très détaillé, il définit, notamment : les critères de définition d’une subvention, l’application de mesures compensatoires, etc.

Nous ne pouvons que soutenir ce règlement qui protège relativement les productions européennes des distorsions de marché provoquées par les subventions publiques.

Proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil relatif à la défense des importations qui font l’objet d’un dumping de la part des pays non membres de l’Union européenne.

J’ai voté pour cette proposition de règlement.

Ce règlement codifie le règlement CE n°1225/2009 du 30 novembre 2009 relatif à la défense contre les importations qui font l’objet d’un dumping de la part de pays non membres de l’Union européenne. Il lui apporte, pour l’essentiel, des modifications formelles.

Ce règlement transpose le titre VI de l’accord général sur les tarifs douaniers de l’Organisation Mondiale du Commerce (1994). Il définit, notamment, le mode de calcul de la marge de dumping, les mesures provisoires applicables, les conditions d’imposition et le calcul d’éventuels droits anti-dumping, le déroulement des enquêtes et les conditions de confidentialité qui y sont applicables.

Nous ne pouvons que soutenir ce règlement, qui contribue à la lutte contre la concurrence déloyale. Continuer la lecture

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

Lors de ses prévisions économiques de printemps, la Commission européenne a rivalisé de cynisme pour démontrer le bien-fondé de l’accueil massif de réfugiés en Europe. A l’en croire, les dépenses publiques considérables (+1.3% dans la zone euro en 2015) mobilisées pour faire face à cette vague migratoire stimuleraient la croissance.

L’Union européenne emboîte ainsi le pas du Fonds Monétaire International (FMI). En janvier 2016, celui-ci tablait sur une contribution de 0.25% des réfugiés au PIB de l’Union européenne d’ici à 2020, et de 0.5 à 1.1% dans les pays d’accueil. Le FMI encourageait les Etats membres à invoquer l’afflux de migrants comme une circonstance exceptionnelle, permettant de déroger à la discipline budgétaire européenne.

Les 84 millions de vrais pauvres et les 22 millions de vrais chômeurs que compte l’Union européenne n’ont, quant à eux, jamais justifié de plan de relance contraire au dogme de l’austérité budgétaire.

Le Front National dénonce cette préférence étrangère systématique, à l’heure où tout effort budgétaire devrait se concentrer sur les seules populations européennes en difficulté.

Communiqué de Dominique Martin, Député Francais FN/ENL au Parlement européen

MM. Baroin (LR) et Laigniel (PS) se font porte-parole des maires contre la baisse de dotations de l’État. Cette baisse, annoncée par F. Hollande depuis 2012, fait suite aux suppressions de ressources décidées par N. Sarkozy. Les mécontents d’aujourd’hui sont donc tous alliés des responsables.

Depuis plus d’un quart de siècle, on répète aux étudiants que les impôts sont trop lourds dans notre pays, mais que, la fiscalité locale étant mieux tolérée, on peut encore presser le (con)tribuable de ce côté.

En vérité, l’État est exsangue, ruiné. La France, privée de la maîtrise de sa politique économique, doit ramper et soumettre son projet de budget à l’approbation des technocrates de Bruxelles. Cette politique de dissolution de la Nation dans l’Union Européenne, associée à la désindustrialisation à laquelle a abouti le Marché Commun, et à l’explosion des dépenses sociales et de santé liée à l’immigration sauvage et incontrôlée encouragée par le mondialisme, a finalement mis à genoux un pays autrefois parmi les plus riches du monde.

Le gouvernement tente d’éviter sa propre faillite en y poussant les collectivités locales. Grâce à la loi NOTRe, aux communes nouvelles et aux nouvelles intercommunalités, les collectivités pourront chercher des subsides directement auprès de l’UE. Déjà, les Régions perçoivent directement les “aides” de Bruxelles, qui ne transitent plus par Paris. Encore un peu, et nous vivrons vassaux de fiefs de potentats locaux inféodés à une bureaucratie mondialiste.

Que les maires placés aujourd’hui face à la réalité s’en rappellent : le FN est le seul parti à avoir toujours proposé les mesures de bon sens pour éviter la faillite et la disparition de la France : maîtrise de notre monnaie et de nos frontières, réappropriation des compétences régaliennes de l’État, et application d’un patriotisme économique et d’un protectionnisme raisonné pour sauver nos industries, nos emplois et les finances publiques.

Anne-Françoise Abadie Parisi, Conseiller régional FN, invitée par M. le Maire de Publier à l’inauguration de Nature au Jardin : ambiance détendue et accueillante, cela fait du bien après l’accueil de Jean Denais à Thonon-les-Bains… 

IMG_2256

IMG_2252

« Tournoi seniors » du Cluses-Scionzier Tennis Club : remise des prix et discours avec Dominique Martin, Député français FN au Parlement européen

20160505_183600

20160505_183619

20160505_184004

Unknown

Séance plénière à Bruxelles des 27 et 28 avril 2016

Jeudi 28 avril 2016

Accord sur la création d’un espace aérien commun UE-Géorgie et accord euro-méditerranéen UE-Israël relatif aux services aériens.

J’ai voté pour ces deux rapports.

Ces deux rapports découlent de l’adhésion de la Croatie à l’Union européenne en 2013. En l’occurrence, il s’agit :

– de permettre à la Croatie d’être partie prenante à l’accord sur la création d’un espace aérien commun entre l’Union européenne et la Géorgie ;

– de permettre à la Croatie d’être partie prenante à l’accord relatif aux services aériens entre l’Union européenne et Israël, signé en juin 2013.

Notre position sur l’élargissement de l’Union européenne à la Croatie importe peu dans ces deux cas d’espèce.

Nous n’avons aucune raison de nous opposer à ces deux rapports de portée uniquement pratique.

Adhésion de la Croatie à la convention sur l’assistance mutuelle et la coopération entre les administrations douanières.

Je me suis abstenu sur ce rapport.

Ce texte est une formalité consécutive de l’adhésion de la Croatie à l’Union européenne. Il s’agit de l’adhésion de cette dernière à la convention du 18 décembre 1997 qui régit les procédures judiciaires en cas d’infraction douanière ou d’activité criminelle ou illicite.

Compte tenu de notre opposition au processus d’élargissement de l’Union européenne, il est difficile de soutenir ce texte. La coopération des États membres en matière de lutte contre la criminalité peut toutefois être utile.

Rapport sur la demande de levée de l’immunité de Boleslaw G. Piecha.

J’ai voté pour ce texte.

En l’occurrence, il s’agit d’une simple infraction routière. La voiture du député Boleslaw G. Piecha a été identifiée en excès de vitesse par un radar en Pologne. L’intéressé reconnaît les faits. L’inspecteur général de la circulation routière de ce pays demande donc au Parlement européen la levée de l’immunité de M. Piecha.

Nous n’avons aucune raison de nous opposer à ce rapport. Continuer la lecture

Mandat pour le trilogue

Dominique Martin s’étonne que la Commission ne fasse pas mention des multinationales pourtant premiers bénéficiaires, à 90%, des fonds européens d’ajustement à la mondialisation !

Il demande à ce que les PME et PMI, représentant 80 à 90% des salariés, ne soient plus seulement l’objet d’interventions orales mais bien la priorité de recommandations écrites luttant contre leur destruction et favorisant leur capacité à créer des emplois.

Communiqué de Dominique Martin, Député français ENL/FN au Parlement européen

La Suisse va inaugurer le 1er juin le tunnel ferroviaire du Saint-Gothard. Ce tunnel ferroviaire de 57 km de long, à double tube, est le plus long tunnel ferroviaire du monde. Testé à plus de 300 km/h, il transportera les passagers à une vitesse de 250 km/h, et les marchandises à « seulement » 160 km/h. Zurich sera ramené à 2h40 de Milan, assurant un gain d’une heure.

Ce tunnel permet un transit le long de l’axe nord-sud de l’Europe qui transporte le plus de valeur ajoutée. Initié en 1998, à peu près en même temps que le Lyon-Turin, il va donc entrer en service 9 ans avant. Il aura le temps de drainer l’essentiel du trafic qu’on aurait envisagé passer par le Lyon-Turin.

Le Lyon-Turin, lui, est déjà plombé par les faits qui ridiculisent toutes les prédictions de trafic établies depuis 20 ans.

On voit le poids de la bureaucratie européenne, quand un État souverain peut achever un ouvrage vers l’Union Européenne plus rapidement que ce que l’Union peut faire dans son propre territoire.

On voit surtout la clairvoyance du Front National qui, depuis le lancement du projet, annonce son échec, dénonce des prévisions de trafic irréalistes, et affirme que le trafic nord-sud est largement plus important que la réalisation dans les Alpes d’un tronçon d’une ligne ferroviaire idéologique reliant Lisbonne à Kiev.

Communiqué de Dominique Martin, Député français ENL au Parlement européen

La préparation du budget 2017 par le Parlement européen s’est ouverte sur un déconcertant aveu d’échec. Le Rapporteur général du budget, lui même, annonce que fin avril 2016 l’Union européenne a déjà consommé l’intégralité des fonds prévus pour la crise des réfugiés.

En plus de la rubrique « sécurité » du budget, avec 2.38 milliards d’euros consacrés presque exclusivement aux politiques migratoires, les 200 millions d’euros de l’instrument de flexibilité y ont été engloutis. Le nouveau fonds d’aide d’urgence, inauguré en mars, a fait long feu.

Une sortie de crise impliquerait une refonte des fonds de solidarité de l’Union européenne. Ces derniers, en particulier le Fonds Social Européen et ses dix milliards d’euros annuels, seraient mobilisés au profit des migrants.

Cet énième avatar du psychodrame budgétaire européen témoigne de l’impasse atteinte par Bruxelles face à la déferlante migratoire. Véritable tonneau des Danaïdes, cette gestion anarchique sera source de ressentiment, à mesure qu’elle s’opérera aux dépens des peuples européens.

Le Front National prend acte du fiasco de ces politiques immigrationnistes, et appelle au rétablissement des frontières nationales et au rapatriement systématique des migrants extra-européens.

Communiqué de Dominique Martin, Député français ENL au Parlement européen

En 2015, un décret interdisait les paiements en espèces au-delà de 1.000 euros dans l’indifférence générale. Depuis, le gouvernement planche ouvertement sur la suppression de ce mode de paiement, pourtant plébiscité par les Français[1].

Sous couvert d’éradication de la fraude, la généralisation du paiement dématérialisé permettra le fichage impitoyable des transactions financières.

Plus grave, à l’heure où l’idée de répercuter sur l’épargne des ménages les taux d’intérêts négatifs de la Banque Centrale Européenne gagne du terrain, cette mesure privera les déposants de leur ultime recours aux diktats des banques : menacés de dépréciation de leurs actifs, ils seront acculés à une course effrénée à la consommation.

Épargne à rendements négatifs, cyber-surveillance et fichage numérique : cette proposition liberticide illustre le virage totalitaire de l’ultralibéralisme sauvage.

Le Front National dénonce cette abdication face au lobby bancaire, au mépris des intérêts économiques et des libertés fondamentales des Français.

 

[1] Baromêtre IFOP-Brink’s 2016 : http://www.brinks.fr/accueil/8-avril-2016-communique-de-presse-les-francais-et-largent-liquide/.