Député européen, Conseiller municipal et communautaire

F-Échos du Conseil régional

Communiqué du Groupe Front National au Conseil régional Auvergne – Rhône-Alpes

Ce lundi 9 mai 2016, Laurent WAUQUIEZ a été élu président d’un réseau de quatre grandes régions européennes : Auvergne-Rhône-Alpes évidemment, mais aussi Bade-Wurtemberg, Catalogne et Lombardie. On soulignera au passage que c’est une bien lourde responsabilité qui incombe à celui qui peine déjà à assurer la fusion entre l’Auvergne et Rhône-Alpes.

A la tête de cette « bande des Quatre », Laurent WAUQUIEZ entend bien jouer la carte des Régions et de l’Europe contre celle de la Nation. Exit donc l’entité nationale pour faire contrepoids aux instances européennes, et bienvenue dans la collaboration des hyper-régions avec les technostructures européennes. Laurent WAUQUIEZ ambitionne d’ailleurs de conduire une délégation de ces quatre Régions à Bruxelles avant la fin de l’année 2016.

Laurent WAUQUIEZ avait pourtant laissé entendre, avant sa campagne régionale comme pendant celle-ci, à quel point il était sceptique vis-à-vis de l’Europe :

« Europe, il faut tout changer » (Titre du livre de Laurent Wauquiez, paru en avril 2014 aux éditions Odile Jacob).

Le Conseil européen ? « une tribu de lémuriens » (Propos tenus lors de la présentation de son livre à la Closerie des Lilas à Paris le 10/04/2014).

La Commission européenne ? « un tapir qui se regarde le nombril » (ibid.)

Erasmus ? « une arnaque » (ibid.)

L’espace Schengen ? « il faut en sortir » (ibid.)

Et puis pêle-mêle, les déclarations de va-t-en guerre dont Laurent WAUQUIEZ le nouvel émule d’Edgar FAURE en matière de « girouettisme » politique a le secret :

« J’appartiens à cette génération qui ne demande qu’à croire à l’Europe et qui en grandissant découvre un paysage de ruines et ne comprend plus où en sont les rêves avec lesquels on a bercé son enfance. » (Laurent WAUQUIEZ, Europe : il faut tout changer, Paris : éd. Odile Jacob, 2014, page 11).

« Oui, nous avons besoin d’Europe, mais pas de cette Europe-là. (…) Au fond, on a renoncé à toute forme de liberté de pensée. Je réclame ce sursaut de lucidité qui doit permettre à des pro-européens de dire que ce n’est plus possible. Europe, oui, tout doit changer. » (ibid.)

« Il y a un espace pour un protectionnisme moderne, (…) L’Europe aborde aujourd’hui le libre-échange avec naïveté, là ou nos partenaires défendent fortement leurs intérêts. (…) » (Laurent Wauquiez pour un protectionnisme moderne, Le Monde, 17/12/2011).

« On fait un référendum sur le traité constitutionnel européen. Les Français répondent non. La réalité c’est que l’on met quand même en œuvre la quasi-totalité du traité constitutionnel » (Propos tenus sur France 2 le 07/12/2015).

Anne-Françoise Abadie Parisi, Conseiller régional FN, invitée par M. le Maire de Publier à l’inauguration de Nature au Jardin : ambiance détendue et accueillante, cela fait du bien après l’accueil de Jean Denais à Thonon-les-Bains… 

IMG_2256

IMG_2252

« Tournoi seniors » du Cluses-Scionzier Tennis Club : remise des prix et discours avec Dominique Martin, Député français FN au Parlement européen

20160505_183600

20160505_183619

20160505_184004

Unknown

Ce dimanche 24 avril, Anne-Françoise Abadie Parisi assistait à la cérémonie de la journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation.

Elle porte son écharpe d’élue malgré les tentatives d’intimidation répétées du Maire de Thonon pour la lui faire enlever. …Il n’y a pas de petits actes de résistance !!!

IMG_2210

IMG_2206

Communiqué du Groupe FN au Conseil Régional Auvergne – Rhône-Alpes

Dans la nuit du 20 au 21 avril, une soixantaine de casseurs du mouvement sur-médiatisé « Nuit Debout » ont dégradé plusieurs locaux publics et privés à Lyon, faisant ainsi échos à d’autres dégradations et violences constatées dans d’autres villes de France comme Paris par exemple. Ont notamment été visés les locaux de la Police de l’Air aux frontières, le Tribunal de grande instance et la Mairie du 3ème arrondissement.

Ce mouvement que des médias complaisant nous ont présenté comme « démocratique », « pacifique », « ouvert au dialogue » montre ainsi une nouvelle fois son vrai visage : celui d’un regroupement de l’ultra gauche violente, sectaire, intolérante. Les condamnations verbales et circonstancielles des représentants de « Nuit Debout » ne trompent personne. Les nervis d’extrême gauche qui ici et là sèment la violence et la dégradation sont bien issus des rassemblements nocturnes de ce mouvement qu’on persiste à nous présenter comme calme et responsable. Mais la réalité est bien loin de cette ambiance de « Bisounours au pays des soviets ».

Le Front National s’étonne qu’aucune interpellation n’ait suivi cette nuit de dégradation, le Préfet du Rhône s’étant contenté d’une remontrance de pure forme. Les contribuables lyonnais dont les impôts serviront à nettoyer la crasse et les dégradations de l’extrême gauche apprécieront ! Tous ces soi-disant représentants du « mieux vivre ensemble » ont montré leur vraie nature qui est celle du « mieux dégrader entre-soi ».

Le Front National exige que la légalité républicaine soit respectée, à Lyon comme ailleurs, et que ces abcès de sectarisme que constituent les lieux de rassemblement de « Nuit Debout » soient démantelés. Les Pouvoirs publics ne doivent pas, ne peuvent pas transiger avec le respect de la tranquillité des riverains et le respect des lois. Le Front National se montrera vigilant sur ce point.

Communiqué du Groupe Front National au Conseil régional Auvergne – Rhône-Alpes

Pour accompagner chaque bassin de vie et d’emploi, selon ses spécificités, le Conseil régional Rhône-Alpes avait mis en œuvre des Contrats de Développement Durable de Rhône-Alpes, les CDDRA. Les acteurs locaux, élus et représentants de la société civile, étaient ainsi invités à se fédérer pour déterminer ensemble un projet de territoire centré sur les grands enjeux locaux et les priorités de la Région. Voilà sur le principe ce qu’étaient les CDDRA. Une usine à gaz, « citoyenne, participative, solidaire et inscrite dans une perspective de développement durable » dans laquelle un emballage idéologique partisan tenait lieu d’aménagement du territoire, et qui obligeait les collectivités intéressées, pour en bénéficier, à créer des postes budgétaires qui venaient artificiellement grossir leurs dépenses de fonctionnement.

L’Assemblée régionale y a mis un terme jeudi 14 avril, et le Front National s’en félicite.

Pour autant, les usines à gaz ont la vie dure… C’est ainsi que la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République), voulue et votée par les socialistes, impose aux Régions un devoir d’aménagement des territoires, ce qui en soit n’est pas choquant, mais dans un cadre tel qui va à l’encontre des intérêts des petites communes et de la survie de la ruralité.

Incitées à fusionner, obligées de se fondre dans des intercommunalités de plus en plus politisées, effacées progressivement des instances décisionnelles des Communautés de communes, les communes rurales sont inquiètes, à juste titre des conséquences de la loi NOTRe.

Une de ces conséquences se traduit par l’obligation faite à la Région de développer des outils d’aménagement du territoire avec les seules intercommunalités comme interlocutrices.

« La loi NOTRe est un naufrage. Cette réforme porte l’échec et le renoncement de l’aménagement du territoire. C’est un débat qui n’a jamais eu lieu. Les nouvelles formes d’organisation territoriale, dès lors qu’elles sont obligatoires et non voulues par les territoires, sont vouées à l’échec » indiquait le 19 mars dernier le Président de l’Association des Maires Ruraux de France.

Le Front National entend se ranger résolument derrière les communes rurales et réaffirme son souci de la défense de la ruralité. Plus largement, le Front National dénonce avec force la disparition programmée de cet échelon administratif et institutionnel de proximité que constitue la commune. En s’en prenant ainsi aux communes en général et aux communes rurales en particulier, les cumulards d’agglomérations, les technocrates, les apparatchiks de parti, dépositaires d’une vision qui méconnaît et néglige sans vergogne le monde rural, s’en prennent à la cellule de base de notre démocratie française.

Communiqué d’Anne-Françoise Abadie Parisi, Conseiller régional FN

M. Wauquiez, Président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, vient de prolonger la convention de délégation de service public conclue avec les transporteurs des services de navettes par autocars, entre l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry et les villes d’Annecy, d’Aix-les-Bains et Chambéry, en complétant la subvention d’exploitation de 58 044 euro, représentant sur l’ensemble de ces sept dernières années un versement total de 700 548 euro.

Le Front National rappelle que les villes d’Annecy et Chambéry, (reliées également par autoroute aux aéroports de Lyon et Genève) bénéficient en plus de dessertes de navettes quotidiennes et fréquentes, été comme hiver, de et vers l’aéroport de Genève.

Au contraire, les habitants du Chablais n’ont strictement aucun accès à ces moyens de transports, jusqu’à l’hypothétique date de mise en service du Léman Express ou celle de la liaison autoroutière Machilly-Thonon.

Les Chablaisiens doivent pouvoir se déplacer aussi facilement que les autres habitants de Haute- Savoie, et sont las de devoir se « débrouiller » constamment !
C’est pourquoi, à la prochaine date de reconduction de cette convention de délégation, le 29 octobre prochain, nous demanderons à M. Wauquiez de prendre en compte les attentes de ces habitants, et d’apporter aux villes de Thonon et d’Evian le même service de navettes aéroportuaires.

Communiqué du Groupe Front National au Conseil régional Auvergne – Rhône-Alpes

Le Groupe Front National de la Région Auvergne-Rhône-Alpes est extrêmement choqué par les conséquences du tragique accident qui s’est déroulé dans la nuit du jeudi 23 au vendredi 24 mars dans l’Allier et qui a coûté la vie à douze personnes. Et nous présentons nos condoléances sincères aux familles et aux proches des victimes.

Certes, il y a la fatalité. Certes, il y avait probablement des conditions climatiques qui n’étaient pas optimales. Certes, il y a peut-être, l’enquête le dira, une erreur humaine. Tout cela est vrai.

Mais il y a surtout un axe routier d’une dangerosité extrême, surnommé par les riverains « la route de la mort ». Cette RN 79 est une portion de la fameuse RCEA (Route Centre-Europe Atlantique), qui traverse la France d’est en ouest. Cette route est connue pour sa dangerosité. Usagers et riverains attendent depuis 40 ans que l’Etat prenne ses responsabilités en mettant cet axe en deux fois deux voies.

Nous attendons de M. WAUQUIEZ, le chantre tout azimut de la sécurité, qu’il s’empare de ce dossier et fasse pression sur l’Etat dont c’est la compétence et la responsabilité, car il est aussi de la compétence et de la responsabilité d’un Président de Région de défendre les intérêts de ses administrés face à un Etat démissionnaire de ses compétences.

Monsieur WAUQUIEZ veut à raison être jugé sur ses actes. Nous attendons des actes face à l’inertie de l’Etat.

Invités par M. Le Proviseur Claude Reilly et en présence de M. Le Sénateur Cyril Pellevat, Anne-Françoise Abadie-Parisi et Olivier de Sainte-Maréville ont visité ce samedi le Lycée Jean Monnet d’Annemasse à l’occasion de la journée Portes ouvertes.

Les élèves astucieux ont présenté le produit « Chocopoz » de leur micro entreprise « Queen’s ».

Superbes équipements pour ce lycée mais un manque criant de classes !

IMG_1938

IMG_1961