Député européen, Conseiller municipal et communautaire

P-Articles

Madame, Monsieur,


Il fallait probablement attendre que la déflagration de la bombe sale du «Monde» soit passée, que la presse française à de rares exceptions près se soit repue de ses propres mensonges, pour analyser calmement la séquence odieuse à laquelle nous venons d’assister.

Odieuse et en même temps tellement révélatrice d’un fonctionnement dont la démocratie et l’Etat de droit sortent totalement essorés.

Le journal censé être le plus sérieux de la presse française (c’est dire…) mais connu pour son combat acharné contre le Front National, (voir l’éditorial de son directeur Jérôme Fenogilo, à deux jours du premier tour des régionales et intitulé « le FN cette imposture »), a donc sous le titre racoleur « Panama papers : comment des proches de Marine Le Pen ont sorti de l’argent de France », lancé une gigantesque offensive médiatique contre le Front National et moi-même sur la base de prétendues « révélations » qui ne révèlent ….rien, nada, zéro, le vide sidéral.

Et pourtant… Comme ces foules prises d’hystérie collective, les médias français se sont jetés à corps perdu dans un lynchage en règle du premier parti de France.

« Détournement », « système opaque d’évasion fiscale », « fraude fiscale », « dissimulation », « société offshore » plein de mots qui salissent, jetés en vrac dans plein d’oreilles qui n’en demandaient pas tant. Télés, radio, journaux, réseaux sociaux… En quelques heures tout ce que la France compte de relais d’information étaient saturés d’un flot ininterrompu de supputations, d’amalgames, d’insinuations ou pour les plus zélés, de bonnes grosses accusations diffamatoires exprimées sans aucune prudence, sans aucune retenue, au mépris de toute déontologie et évidemment sans la moindre vérification.

A la fin de la journée, les médias s’étaient tellement intoxiqués les uns les autres (les uns par incompétence et/ou suivisme, les autres portés par leur mauvaise foi militante traditionnelle) que chacun était sûr de son fait : « le Front National avait caché de l’argent au Panama et Marine le Pen était (de près ou de loin) coupable » De quoi ? Ils ne savaient pas trop mais c’était et reste pour eux totalement insignifiant.

Cette séquence est un cas d’école de pure désinformation qui pourra être étudié dans les instituts de formation de journalisme sous le titre  » comment manipuler les foules ».

Mais la vérité dans tout cela ?

Car si elle n’intéresse pas nos journalistes militants, je suis convaincue qu’elle intéresse les Français.

La vérité est que ni moi ni le Front National n’avons à nous reprocher quoi que ce soit dans cette affaire « Panama Papers. »

Ni moi ni le Font National n’avons jamais envoyé d’argent ou quoi que ce soit.

Ni moi ni le Front National n’avons de compte en banque ni au Panama ni dans aucun autre endroit au monde.

Ni moi ni le Front National n’avons dissimulé/détourné/optimisé/fraudé… etc un centime.

Tous les médias le savent, alors pour tenter de nous impliquer ils usent de la bonne vieille méthode totalitaire « si ce n’est toi c’est donc ton frère prestataire « .

C’est ainsi que l’on nous demande de nous justifier d’un investissement à Hong-Kong (qui n’est pas un paradis fiscal) effectué par un de nos prestataires !!

A ce rythme on vous demandera demain de justifier de l’utilisation faite par votre garage de l’argent que vous lui avez versé pour faire réparer votre voiture ! A-t-il payé ses impôts ? Versé sa pension alimentaire ? Je pense que même en URSS ils n’allaient pas aussi loin dans la violation des principes de notre État de droit.

Même si notre prestataire est un ami, je ne vois pas bien quelle responsabilité l’on peut avoir dans les stratégies commerciales qu’il met en œuvre !

De ce que nous savons ,il a ouvert une filiale à Hong-Kong (et pas au Panama…) pour conquérir, je suppose, de nouveaux marchés ; qu’il a, semble-t-il, pour ce faire investi une partie de ses bénéfices après impôts dans une filiale, opération validée par le fisc français ; Et figurez-vous que nous le savons, car cette opération commerciale a fait l’objet depuis 18 mois d’investigations de la part du juge Van Ruynbeke qui n’a, à ma connaissance, rien découvert qui puisse de près ou de loin révéler une fraude, une dissimulation fiscale de sa part et encore moins une implication quelconque ( même de loin) du FN dans cette opération financière.

Voilà… Rien, nada, zéro, le néant….

Des tonnes de papiers, des heures d’accusations plus graves les unes que les autres, des calomnies déversées à la pelle contre mon mouvement sans le début de commencement d’un fait délictueux ni même d’un comportement inapproprié.

Pendant qu’on invite l’opinion publique à regarder le Front National, on détourne son regard des politiques qui ont donné les clés à la finance sale, entre Big bang financier et abaissement des souverainetés nationales.

Alors oui, ça en dit long sur l’état de l’information en France, sur le niveau et le militantisme des médias français, sur le respect des fondements de notre État de droit, sur le fonctionnement moribond de notre démocratie.

Mais ça en dit long surtout sur la panique qui saisit nos élites autoproclamées à l’approche d’une élection présidentielle qui demain pourrait tout changer, rétablir nos droits individuels et nos droits collectifs de peuple libre.

Contre le Front National et ses candidats il n’y aura aucune limite, aucune retenue, tout sera permis. Nous le savions, vous deviez aussi le savoir et vous y préparer.

Nous continuerons quant à nous à faire émerger la vérité, partout et en toutes circonstances, quel qu’en soit le prix. C’est plus que notre droit, c’est notre devoir.

Amitiés sincères,

Marine Le Pen

Chers Amis bonjour, 

Ces dimanches 6 et 13 décembre se tiendront les Elections Régionales. Les bureaux de vote ouvriront à 8h00 et fermeront à 18h00.

Vous avez bien sûr prévu d’aller voter, et je vous en félicite. VOTEZ et FAITES VOTER !

Il arrive que dans certains bureaux de vote des gens mal intentionnés à notre égard commettent quelques irrégularités.

Des « délégués » ont été désignés pour s’assurer du bon déroulement des opérations de vote : dès l’ouverture jusqu’au dépouillement, ils feront le tour des Mairies du département, mais ne seront pas présents en continu dans les bureaux de vote.

Je vous prie en conséquence, au cas où vous suspecteriez une « infraction » lors de votre passage en Mairie, d’appeler l’un de numéro suivant, et la personne contactera au plus vite le délégué du secteur :

  • Marie Favre               06.67.99.57.29
  • Vincent Lecaillon      06.22.95.19.83
  • Fabien Louis             06.73.22.06.69

Les « infractions » le plus souvent relevées sont :

  • l’absence de bulletins de vote Front National (hé oui ça arrive !) ; ou la pile de bulletins FN est recouverte par le bulletin d’un autre candidat.
  • une pile de bulletins de vote FN beaucoup plus haute que les autres (ce qui sous-entend que personne ne prend ces bulletins.
  • de la même façon si vous constatez un grand nombre de bulletins FN par terre ou dans la poubelle de l’isoloir, vous pouvez les retirer pour ne pas laisser penser aux électeurs que le FN est rejeté.
  • des bulletins FN froissés dans la pile sur la table, ou déchirés dans un angle, abimés… Ces bulletins, s’ils sont utilisés, seront déclarés nuls au moment du dépouillement. Il faut donc qu’ils soient retirés d’urgence et remplacés.

Ce sont de petites choses mais qui ont leur importance.

Je vous invite aussi à assister au dépouillement. Il vous faut arriver avant 18h00 (avant la fermeture de la porte), et rester dans la salle de vote (vous en avez parfaitement le droit en tant que citoyen).

Cette surveillance est essentielle car elle permet de s’assurer que des bulletins valides FN ne seront pas considérés comme nuls, et que les opérations de dépouillement se déroulent dans les règles.

  • Seuls les bulletins maculés, barrés, déchirés, comportant des annotations sont nuls.
  • Deux bulletins de deux candidats différents sont nuls tous les 2.
  • Deux bulletins d’un même candidat dans la même enveloppe, s’ils sont intacts, n’annulent pas le vote, un seul est comptabilisé.

En cas d’irrégularité, vous devez la signaler d’urgence au Président du bureau de vote

Vous pouvez aussi participer bien sûr au dépouillement (4 personnes par table) en tant que scrutateur.

Je vous remercie vivement de cette action militante de dernière heure, et reste à votre disposition pour tout renseignement ou information.

Fiers de notre combat mené pour l’avenir de notre Patrie, j’espère sincèrement que nous serons aussi récompensés de nos efforts.

Bien amicalement

            Dominique Martin

            Secrétaire départemental du Front National de Haute-Savoie

Article d’Olivier Burlats, Conseiller municipal RBM de Seynod

L’attentat contre le train Thalys pose à nouveau la question de la légitime défense et de l’intervention des citoyens. Si le pire a pu être évité, si aucune mort n’est à déplorer, c’est parce que des passagers ont pris la décision d’être combatifs plutôt que passifs. En l’occurrence, il s’agit de militaires américains en congés. Ils sont entrainés et maîtrisent les techniques de combat. Ils ont surtout un mental qui les pousse à agir, ce qui est essentiel. A la différence des citoyens français, ils n’ont pas le cerveau pollué par l’apologie de la pusillanimité et le sentiment d’être en faute en usant de violence. Ils ont été immédiatement félicités par Obama. Les médias en ont fait des héros. Il était dès lors impossible à la justice française de les mettre en examen pour coups et blessures volontaires. Vous trouvez cette idée saugrenue ? C’est pourtant ce qui arrive généralement aux citoyens français qui répondent à une agression par la violence.

La réponse proportionnée est une condition juridique de la légitime défense. Cela signifie que vous devez répondre à un acte par une action du même type. On répond à un coup de poing par un coup de poing. C’est une notion évidente pour un magistrat assis dans un fauteuil qui reconstitue sur le papier le déroulement des événements. C’est une notion qui a un sens pour les forces de l’ordre qui sont organisées, interviennent à plusieurs et disposent de moyens de riposte gradués : matraque, taser, arme à feu. En revanche, pour le citoyen lambda, seul dans le feu de l’action, stressé, la réponse proportionnée n’est d’aucune utilité. Le témoignage des passagers du Thalys est instructif : « Nous l’avons frappé jusqu’à ce qu’il perde connaissance. » La règle est la suivante : Quand on intervient, on doit mettre l’agresseur hors d’état de nuire. Le but n’est pas d’être fairplay, de lui laisser une chance de se relever pour vous assassiner. Ce n’est pas un combat de boxe avec un arbitre. Les passagers du Thalys ont assommé le terroriste, il aurait pu en mourir. Mais il fallait le faire.

Notre société malheureusement se délite. La délinquance, la criminalité, le terrorisme augmente. De plus en plus de citoyens vont être confrontés au dilemme de la légitime défense. Ils ne trouveront pas de soutien du côté des pouvoirs publics. Les politiques, l’institution judiciaire, les lobbies préfèrent une société de victimes à un monde d’hommes libres. Si l’on fait l’apologie de la Résistance dans notre pays, c’est pour mieux en étouffer l’esprit.

thalys-400x232

thalys2-400x235

 

 

Communiqué de Cédric Grevaz, Secrétaire de la 6ème circonscription

Sous ce titre étonnant, puisque par principe une vallée alpine n’est pas un bord de mer sujet à un tsunami, ou un endroit des Pays-Bas subissant une grande marée ou un lieu proche d’un barrage déficient concernant notre vallée de l’Arve, il s’agit de dénoncer ce qui arrive : l’inondation.

Les Alpes et leurs fontes de neige qui gonflent et font chaque année, ici ou là, déborder ruisseaux et rivières, leur érosion naturelle dont les éboulis bloquent partiellement les lits, les glissements de terrain et coulées de boues, etc. vivent régulièrement ces évènements ancestraux connus des populations qui ont su s’en protéger.

Alors pourquoi, exemple de la vallée du Giffre une vallée alpine présentant une bonne inclinaison naturelle est-elle inondée ? (Sixt 728 m, Samoëns 710 m, Taninges 609 m et Mieussy 571 m – tournant du Giffre – soit une pente moyenne de 7m/1000 m), provoquant dégâts importants chez les habitants ? Continuer la lecture

Goodyear / Continental / La Redoute / La Fnac / Alcatel-Lucent / Gad / Doux / Tily-Sabco / Natixis / Fagor-Brandt / PSA Aulnay / EADS (pôle militaire) / Kem One (Chimie Lyon) / La Poste (centres de tri) / Veolia Eau / Librairies Chapitre / Mory Ducros Transports / Transports Robert Mermet / Parker Hannifin : des milliers d’emplois détruits…

Sans oublier les 62 500 défaillances des commerçants, artisans, entrepreneurs, TPE, PMI-PME ces douze derniers mois…

Sans oublier les 500 000 salariés détachés venus de l’Europe de l’Est aux détriments de nos emplois.

Les mouvements sociaux des sages-femmes / des postiers / des éleveurs / des céréaliers / des producteurs de lait / des centres équestres / des gendarmes / des policiers / des ambulanciers / des militaires impayés / des bonnets rouges / des tondus / des poussins / des sacrifiés…

L’écotaxe / l’équitaxe / les aquataxes / la TVA / la taxe sur les produits de l’épargne / les cigarettes / l’électricité / les tarifs postaux / les carburants / le fuel domestique / les impôts locaux / Les tarifs variables des PV…

Les rythmes scolaires / la réforme des retraites / la réforme des collectivités territoriales / le travail du dimanche / le refonte fiscale…

Les Roms / Léornarda / le bijoutier de Nice / le bijoutier de Sézanne dans la Marne / Clément Méric / Abdelhakim Dekhar / l’affaire Taubira / la montée du racisme / la prostitution / la violence et le harcèlement dans les écoles / l’étude PISA / les écoutes de la NSA / Cahuzac / la retraite chapeau de M. Varin…

La Libye / le Mali / le Centrafrique / la Syrie pourquoi pas…

Mais le Brésil au mois de juin : Bonne Année 2014 !

Steeve Briois, Secrétaire Général du Front National

L’UMP ne sait décidément plus quelle stratégie adopter : courtiser les électeurs du Front National ou les mépriser ouvertement ? Combattre l’immigration (sur la forme tout du moins) ou s’en faire les apologistes ?
Alors qu’il se murmure que Sarkozy souhaiterait revenir avec une posture de centre-droit pour ratisser large et tenter un retour gagnant, Copé enfile ses gros sabots en proposant la suppression de l’AME – mesure symbole de ce qui caractérise la préférence étrangère – et une renégociation de la Convention Européenne des droits de l’Homme qui empêche de toucher au sacro-saint regroupement familial, principal mécanisme de massification de l’immigration.
Les cadres de l’UMP ont véritablement le don de prendre les Français pour des abrutis : après avoir exercé le pouvoir pendant ces 20 dernières années, ils ont attendu d’en être boutés pour muscler leurs propos. Lorsque les députés frontistes ont proposé la suppression de l’AME par voie d’amendement au tout début du mandat parlementaire, le groupe UMP à l’Assemblée Nationale avait bien entendu, n’écoutant que son courage tout relatif, refusé de se joindre à cette proposition de bon sens.
Des lois Pasqua aux lois Debré, des discours circonstanciés et opportunistes de Chirac et Sarkozy, la politique de l’UMP en matière d’immigration n’a jamais été qu’une succession d’arnaques cosmétiques et sémantiques pour tenter de séduire deux électorats aux intérêts diamétralement opposés sur ce thème. Car entre le grand patronat qui se sert de l’immigration comme d’un flingue sur la tempe des travailleurs, et ces mêmes travailleurs qui perçoivent l’immigration comme une légitime menace sur leurs conditions de travail et leurs salaires, l’UMP peut difficilement satisfaire tout le monde : pas facile de contenter les bourreaux et les condamnés.
Qu’à cela ne tienne, l’UMP ménage la chèvre et le chou. Dans le discours, on bombe le torse pour embobiner – en vain – ceux qui parmi nos compatriotes n’ont qu’à subir. La pratique est plus cynique : il faut bien donner des gages au MEDEF et aux grands groupes, principaux mécènes et relais d’opinion de l’ultralibéralisme à la « française ». Réforme du Code de la nationalité, réduction drastique des naturalisations, remise en cause de la libre circulation des personnes ou encore le rétablissement des frontières : rien de tout cela n’est évoqué ou abordé, le reste n’est que cautère sur jambe de bois.
Copé n’a pas retenu les leçons de la défaite de Sarkozy lors de la dernière élection présidentielle : quand la trahison est manifeste, les Français peuvent avoir une rancune particulièrement tenace.

Région Rhône-Alpes – Tribune libre des élus FN parue dans Rhône-Alpes 31 / hiver 2013, p. 37

Rhône-Alpes 31 - hiver 2013L’historien sait qu’aussi loin que l’on remonte les sentiers qui conduisent aux sources de notre civilisation, on rencontre le sport. Des antiques jeux olympiques, aux matchs amateurs de nos week-end, toujours le sport a permis d’édifier les remparts qui protègent de la barbarie. Mais aujourd’hui, le mondialisme qui ravage tout, s’attaque aussi à ces remparts.

Le sport développe bien des vertus. Vertus individuelles : le dépassement de soi, l’effort consenti, la maîtrise des sens et des émotions ; vertus collectives : l’esprit d’équipe, la solidarité, l’acceptation de l’autre, de ses échecs et de ses gloires, de ses faiblesses et de ses prouesses… Quelle meilleure pratique que celle d’un sport collectif permet à l’Homme d’accompagner la construction d’une cité harmonieuse ? Mais que reste-il de tout ceci lorsque le sport business triomphe en tout lieu, lorsque l’argent et la vaine gloriole sont les seuls moteurs de l’effort ?

Rien ! Et l’on assiste à des scènes misérables où les codes de l’ultralibéralisme mènent le jeu. On achète des joueurs à coup de millions, quand un peuple s’enfonce dans la misère ; on idolâtre des mercenaires analphabètes sans aucun sens moral ; on lynche un arbitre amateur parce qu’il ose sanctionner une faute ; on fait travailler des esclaves immigrés pour construire des stades climatisés en plein désert, on triche, on corrompt, on s’empoisonne de stupéfiants, on insulte, on ment ! Et pour un seul objectif : l’argent ! Tous les sports seront bientôt touchés, et le sport amateur suivra !

Si le sport peut être un magnifique vecteur d’harmonie, il peut aussi devenir vecteur de destruction massive. C’est pourquoi il est impératif que les pouvoirs publics promeuvent la bonne pratique du sport en combattant ardemment ses dérives financières et mercantiles. C’est pourquoi il est impératif de préserver deux jours chômés en fin de semaine : le premier pour les rencontres sportives et activités sociales, et le second pour la famille. C’est ce à quoi s’engage le Front National. Il y va de l’équilibre de notre société.

Steeve Briois, Secrétaire Général du FN


Depuis les années 80, le prétendu anti-racisme a toujours été une vaste escroquerie politique et morale. Utilisé par François Mitterrand pour dresser un cordon sanitaire autour du Front National en culpabilisant les militants et électeurs de notre formation et en leur imputant un racisme aussi faux et artificiel que la sincérité des associations qu’il a subventionnées, l’anti-racisme a surtout servi de caution morale pour faire oublier les grandes affaires politico-financières dans lesquelles les socialistes étaient impliqués.
Au fur et à mesure, l’anti-racisme est devenu le combat principal d’une gauche tentée de remplacer la classe ouvrière qu’elle avait abandonnée par une nouvelle clientèle électorale d’origine étrangère. Terra Nova, le think tank du PS, l’avait définitivement scellé dans l’avant-campagne présidentielle de 2012. Le résultat, on l’a vu : les drapeaux qui flottaient dans les villes françaises lors de la proclamation de la victoire de François Hollande étaient … tout sauf français !
Aujourd’hui, nous assistons à une tentative de retour de « l’anti-racisme » qui, s’il n’a jamais disparu comme arme de terrorisme intellectuel et politique, a vu son action et sa réalité militante se résumer à ceux que l’immigration et la mondialisation n’ont jamais affectés d’un point de vue économique et social. Loin d’être un mouvement populaire et de masse, il n’a jamais motivé que les bienheureux du multiculturalisme et du dumping social.
Pourquoi de l’opportunisme ? Parce que l’antiracisme ne s’est jamais attaqué à l’une des raisons principales du racisme : l’immigration de masse et la préférence étrangère qui ont fait des Français des parias chez eux. La négation du racisme anti-blanc ou du racisme anti-français par les associations ont achevé d’alimenter ce sentiment. Au moins, pendant qu’on parle d’un racisme disparate, marginal et mythifié, on ne parle plus du marasme social que subissent en revanche réellement tous les Français, et ce quelle que soit leur origine.
Pourquoi du business ? Parce qu’entre les suspicions de détournement de fonds de SOS Racisme il y a quelques années et de France Terre d’Asile en ce moment même, sans oublier le merchandising créé autour de cette cause de circonstance, l’amour de l’autre sent tout de même un peu le pognon.
Pourquoi de la névrose ? Parce qu’il suffit d’écouter Guy Bedos comparer Marine Le Pen à Adolf Hitler il y a quelques jours pour comprendre que ces gens ne sont plus dans le rationnel mais dans la frénésie et l’hystérie maladive.
Non, le racisme n’est pas un sentiment noble. Mais l’anti-racisme tel qu’il est instrumentalisé et défendu n’est qu’un sujet de diversion parmi d’autres, une arme de chantage et de culpabilisation parmi d’autres, et un échec politique de l’UMPS parmi d’autres.

Région Rhône-Alpes – Tribune libre parue dans Décisions 53 / décembre 2013

Décisions décembre 2013Le Conseil régional vient de voter une augmentation de la taxe sur les carburants (TICPE) qui va lui rapporter 66 millions d’euros supplémentaires, soit 20% de plus que ce qu’elle avait déjà rapporté en 2012. Sous le prétexte fallacieux que la consommation de carburant aurait baissé de 1% en Rhône-Alpes cette année, les socialistes et leurs alliés écolos, radicaux et communistes, entendent donc confisquer toujours plus le pouvoir d’achat des particuliers et le chiffre d’affaires des sociétés de transports, des taxis ou des artisans.

Les dépenses de plus en plus somptuaires de la gauche régionale, subventionnant par exemple à outrance les associations partisanes et communautaires, imposent un hold-up sur nos portefeuilles. En période de crise, le Front National préfère soutenir les initiatives entreprenariales et favoriser la consommation des ménages plutôt que de surtaxer le contribuable. Nous préférons le choix de l’intérêt général sur les velléités particulières : un peu de décence ! Les victimes de ces politiques savent que nous ne les abandonnerons pas !