Député européen, Conseiller municipal et communautaire

admin

Séance plénière à Bruxelles des 27 et 28 avril 2016

Jeudi 28 avril 2016

Accord sur la création d’un espace aérien commun UE-Géorgie et accord euro-méditerranéen UE-Israël relatif aux services aériens.

J’ai voté pour ces deux rapports.

Ces deux rapports découlent de l’adhésion de la Croatie à l’Union européenne en 2013. En l’occurrence, il s’agit :

– de permettre à la Croatie d’être partie prenante à l’accord sur la création d’un espace aérien commun entre l’Union européenne et la Géorgie ;

– de permettre à la Croatie d’être partie prenante à l’accord relatif aux services aériens entre l’Union européenne et Israël, signé en juin 2013.

Notre position sur l’élargissement de l’Union européenne à la Croatie importe peu dans ces deux cas d’espèce.

Nous n’avons aucune raison de nous opposer à ces deux rapports de portée uniquement pratique.

Adhésion de la Croatie à la convention sur l’assistance mutuelle et la coopération entre les administrations douanières.

Je me suis abstenu sur ce rapport.

Ce texte est une formalité consécutive de l’adhésion de la Croatie à l’Union européenne. Il s’agit de l’adhésion de cette dernière à la convention du 18 décembre 1997 qui régit les procédures judiciaires en cas d’infraction douanière ou d’activité criminelle ou illicite.

Compte tenu de notre opposition au processus d’élargissement de l’Union européenne, il est difficile de soutenir ce texte. La coopération des États membres en matière de lutte contre la criminalité peut toutefois être utile.

Rapport sur la demande de levée de l’immunité de Boleslaw G. Piecha.

J’ai voté pour ce texte.

En l’occurrence, il s’agit d’une simple infraction routière. La voiture du député Boleslaw G. Piecha a été identifiée en excès de vitesse par un radar en Pologne. L’intéressé reconnaît les faits. L’inspecteur général de la circulation routière de ce pays demande donc au Parlement européen la levée de l’immunité de M. Piecha.

Nous n’avons aucune raison de nous opposer à ce rapport. Continuer la lecture

Communiqué de presse du Groupe Annecy Bleu Marine

« Grave déficit de concertation du public », intérêt économique douteux, études présentées de façon « tronquée », endettement « conséquent » de l’Agglo…. Le commissaire-enquêteur, à l’issue d’un travail titanesque, n’a pas eu de mots assez durs pour justifier son refus d’accorder la déclaration d’utilité publique au projet de centre des congrès.

Le Groupe Annecy Bleu Marine se réjouit du coup porté officiellement par un rapport dont la clarté et l’efficacité contrastent avec le caractère opaque et bancal du projet qu’il critique. Notre groupe se réjouit également de voir repris les arguments politique, économique et financier que nous avons développés à plusieurs reprises pendant la campagne électorale et depuis le début de notre mandat.

– argument démocratique : les habitants doivent être consultés directement sur un tel projet. Monsieur Rigaut ne peut se réfugier derrière son score aux élections pour se soustraire au référendum, car les listes d’opposition municipale cumulent une majorité de suffrages exprimés contre ce centre de congrès.

– l’argument économique : le tandem Rigaut/Accoyer est incapable de démontrer les retombées économiques pour l’Agglo, ce que nous dénonçons depuis le début.

– l’argument financier : le budget de cet ambitieux projet n’est pas maîtrisé car non-maîtrisable !

Ce rapport, non content de faire reculer la menace qui plane sur les finances publiques et le paysage, constitue une victoire pour la démocratie locale :

– l’enquête publique qu’il clôture à permis à la population d’exprimer massivement son opposition au dossier.

– il critique un projet contre lequel tous les groupes d’opposition municipale, au-delà de multiples divergences politiques, ont présenté un front uni.

– il met gravement en cause les manquements dans la consultation de la population par les élus qui portent ce projet et le danger qu’il fait courir aux finances publiques locales.

Malheureusement, nous craignons qu’une fois encore, une poignée de potentats locaux cherche à passer en force, avec l’aide du préfet… Le combat n’est donc pas fini et nous invitons la population à rester mobilisée !

Nous formulons également le vœux que Messieurs Rigaut et Accoyer prennent enfin conscience qu’ils sont totalement déconnectés de la population, et qu’ils en tirent les conséquences en consultant au plus vite et le plus directement possible (par voie référendaire donc) les habitants sur ce sujet, mais également sur les dossiers essentiels que sont la fusion des communes et la fusion des EPCI.

Mandat pour le trilogue

Dominique Martin s’étonne que la Commission ne fasse pas mention des multinationales pourtant premiers bénéficiaires, à 90%, des fonds européens d’ajustement à la mondialisation !

Il demande à ce que les PME et PMI, représentant 80 à 90% des salariés, ne soient plus seulement l’objet d’interventions orales mais bien la priorité de recommandations écrites luttant contre leur destruction et favorisant leur capacité à créer des emplois.

Communiqué de Dominique Martin, Député français ENL/FN au Parlement européen

La Suisse va inaugurer le 1er juin le tunnel ferroviaire du Saint-Gothard. Ce tunnel ferroviaire de 57 km de long, à double tube, est le plus long tunnel ferroviaire du monde. Testé à plus de 300 km/h, il transportera les passagers à une vitesse de 250 km/h, et les marchandises à « seulement » 160 km/h. Zurich sera ramené à 2h40 de Milan, assurant un gain d’une heure.

Ce tunnel permet un transit le long de l’axe nord-sud de l’Europe qui transporte le plus de valeur ajoutée. Initié en 1998, à peu près en même temps que le Lyon-Turin, il va donc entrer en service 9 ans avant. Il aura le temps de drainer l’essentiel du trafic qu’on aurait envisagé passer par le Lyon-Turin.

Le Lyon-Turin, lui, est déjà plombé par les faits qui ridiculisent toutes les prédictions de trafic établies depuis 20 ans.

On voit le poids de la bureaucratie européenne, quand un État souverain peut achever un ouvrage vers l’Union Européenne plus rapidement que ce que l’Union peut faire dans son propre territoire.

On voit surtout la clairvoyance du Front National qui, depuis le lancement du projet, annonce son échec, dénonce des prévisions de trafic irréalistes, et affirme que le trafic nord-sud est largement plus important que la réalisation dans les Alpes d’un tronçon d’une ligne ferroviaire idéologique reliant Lisbonne à Kiev.

Communiqué de Dominique Martin, Secrétaire départemental du FN 74

Dans les nombreuses procédures de préparation d’un Plan Local d’Urbanisme, figure la réalisation d’un Plan de Prévention des Risques.

Ce PPR, imposé par le Préfet, ne souffre aucune discussion, ainsi que viennent de l’apprendre à leurs dépens les habitants de Magland. En effet, la quasi-totalité de la commune est déclarée inconstructible, pour cause de zone à risque. Comme si les Savoyards avaient attendu un Préfet pour savoir qu’habiter au pied d’une montagne à pic et d’une rivière souvent en crue comporte des risques !

Les industriels qui auraient des projets d’agrandissement, les héritiers ou acquéreurs de terrains constructibles pour lesquels ils ont payé le prix et acquitté les taxes, ont tout perdu. Lorsqu’ils demandent des explications au Préfet, ils se heurtent à un silence assourdissant.

Ce n’est qu’une procédure parmi les nombreuses exigées par un PLU. À la fin, une consultation est organisée pour recueillir l’avis de la population. Mais ne nous leurrons pas : si les avis de la population vont dans le sens du maire, ils seront entendus. Sinon, ils ne seront pas entendus.

C’est ainsi que fonctionne leur démocratie !

Le Front National défend une démocratie où la population est entendue ET écoutée, et dénonce ces comportements de technocrates obtus.

Communiqué de Dominique Martin, Député français ENL au Parlement européen

La préparation du budget 2017 par le Parlement européen s’est ouverte sur un déconcertant aveu d’échec. Le Rapporteur général du budget, lui même, annonce que fin avril 2016 l’Union européenne a déjà consommé l’intégralité des fonds prévus pour la crise des réfugiés.

En plus de la rubrique « sécurité » du budget, avec 2.38 milliards d’euros consacrés presque exclusivement aux politiques migratoires, les 200 millions d’euros de l’instrument de flexibilité y ont été engloutis. Le nouveau fonds d’aide d’urgence, inauguré en mars, a fait long feu.

Une sortie de crise impliquerait une refonte des fonds de solidarité de l’Union européenne. Ces derniers, en particulier le Fonds Social Européen et ses dix milliards d’euros annuels, seraient mobilisés au profit des migrants.

Cet énième avatar du psychodrame budgétaire européen témoigne de l’impasse atteinte par Bruxelles face à la déferlante migratoire. Véritable tonneau des Danaïdes, cette gestion anarchique sera source de ressentiment, à mesure qu’elle s’opérera aux dépens des peuples européens.

Le Front National prend acte du fiasco de ces politiques immigrationnistes, et appelle au rétablissement des frontières nationales et au rapatriement systématique des migrants extra-européens.

L’habituel point presse de 17h30 : nos trois élus régionaux, Anne-Françoise Abadie Parisi, Vincent Lecaillon et Olivier de Sainte Maréville échangent avec le Dauphiné Libéré et Le Messager-L’essor…

point presse

…suivi de la réunion du Bureau départemental du FN 74 à 18h15…

20160429_181814

…puis la réunion publique à 19h30…

IMG_1707

…devant plus de cinquante chablaisiens attentifs.

IMG_1708

Communiqué de Dominique Martin, Député français ENL au Parlement européen

En 2015, un décret interdisait les paiements en espèces au-delà de 1.000 euros dans l’indifférence générale. Depuis, le gouvernement planche ouvertement sur la suppression de ce mode de paiement, pourtant plébiscité par les Français[1].

Sous couvert d’éradication de la fraude, la généralisation du paiement dématérialisé permettra le fichage impitoyable des transactions financières.

Plus grave, à l’heure où l’idée de répercuter sur l’épargne des ménages les taux d’intérêts négatifs de la Banque Centrale Européenne gagne du terrain, cette mesure privera les déposants de leur ultime recours aux diktats des banques : menacés de dépréciation de leurs actifs, ils seront acculés à une course effrénée à la consommation.

Épargne à rendements négatifs, cyber-surveillance et fichage numérique : cette proposition liberticide illustre le virage totalitaire de l’ultralibéralisme sauvage.

Le Front National dénonce cette abdication face au lobby bancaire, au mépris des intérêts économiques et des libertés fondamentales des Français.

 

[1] Baromêtre IFOP-Brink’s 2016 : http://www.brinks.fr/accueil/8-avril-2016-communique-de-presse-les-francais-et-largent-liquide/.